Portrait de Lucie Tremblay
Éditorial de la présidente
Lucie Tremblay
Suivez la présidente sur les réseaux sociaux
     

L'autorisation de prescrire, un moment historique pour la profession infirmière

Publié le 13 octobre 2015

Chers collègues,

Notre mémoire restera marquée à jamais par l'obtention du droit de prescrire pour les infirmières et infirmiers du Québec. Une étape importante vient d'être franchie pour la pratique infirmière et il s'agit d'un gain majeur pour l'ensemble de la population québécoise qui profitera, dès janvier 2016, d’une nette amélioration dans l'accès aux soins de santé.

Rappelons-nous qu'au printemps 2013, nous avons réalisé un sondage et avons appris que 96 % des infirmières considéraient que le droit de prescrire améliorerait grandement l'accès aux soins. Aujourd'hui, nous sommes très heureux de voir que la détermination des infirmières à faire valoir leurs expertises ait porté fruit auprès du gouvernement du Québec. C'est donc le résultat d'un travail de consultation auprès de nombreux experts cliniques.

Ce droit de prescrire constitue un moment charnière dans l'exercice de la profession et pour la reconnaissance du leadership infirmier. Dans les faits, la prescription infirmière dans certaines situations cliniques nous permettra d’aller plus loin dans nos interventions au bénéfice des patients.

Nous avons donc acquis une plus grande autonomie professionnelle qui ne pourra que s'accentuer au cours des prochaines années. Cette autonomie professionnelle, le Québec en a grand besoin pour assurer un meilleur accès aux soins pour sa population. Cette autonomie, c'est aussi notre cheval de bataille pour les prochaines années.

Une meilleure utilisation des ressources infirmières actuelles contribuera à l’accroissement de l’efficacité du réseau de la santé. La pertinence de ce changement repose sur une approche de collaboration interprofessionnelle menant à une prestation sécuritaire des soins et, ultimement, à une qualité de soins optimale.

N'oublions pas que cette entente est rendue possible grâce à une étroite collaboration entre le Collège des médecins du Québec (CMQ) et l'OIIQ pour l’élaboration du nouveau règlement découlant de la Loi médicale. La collaboration interprofessionnelle est aussi une autre de nos priorités pour les années à venir. Nous devons travailler de concert avec les autres ordres professionnels afin de garantir aux Québécois de tout âge de meilleurs soins de santé au moment où ils en ont besoin. Dans cette optique, nous poursuivons des travaux avec différents partenaires, notamment avec la RAMQ et le MSSS pour la mise en place des modalités d’application du règlement propres à un déploiement sans faille de la prescription infirmière.

Comme vous le savez, le Québec aura accès à 10 000 prescripteurs de plus. C'est beaucoup de professionnels qui travailleront sur le terrain, jour après jour, pour améliorer le fonctionnement du réseau de la santé. Ainsi, nous pourrons prescrire dès le mois de janvier prochain certaines analyses de laboratoire et des produits, médicaments topiques et pansements pour les soins des plaies. Les infirmières et infirmiers dûment autorisés auront de plus le droit de prescrire des médicaments à caractère préventif liés aux programmes de santé publique, particulièrement en matière de contraception hormonale et d’infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS). Rappelons que ces activités professionnelles s'inscrivent en continuité avec les activités réservées aux infirmières. Il s'agit d'un avantage dont tous profiteront. Le droit de prescrire pour les infirmières est une solution efficace qui mise sur les compétences infirmières.

Je vous invite donc à suivre de près les communications de l'OIIQ au cours des prochaines semaines. De plus, vous  pourrez prendre connaissance des conditions qui s'appliquent à l’obtention de l'autorisation de prescrire. L’infirmière et l’infirmier répondant aux conditions prévues au règlement et qui sont en situation de soins auprès de patients seront ainsi en mesure de compléter leurs interventions. Ils auront recours au médecin lorsque c’est nécessaire, comme le prévoit le règlement, et ils poursuivront leur travail en mode collaboration interprofessionnelle.

Mots-clés