Portrait de Lucie Tremblay
Éditorial de la présidente
Lucie Tremblay
Suivez la présidente sur les réseaux sociaux
     

Collaboration interprofessionnelle : rehausser la qualité et la sécurité des soins

Publié le 5 juin 2015

Lundi 1er juin, à l’occasion de la première journée du 6e Congrès mondial du Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l’espace francophone (SIDIIEF), l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, le Collège des médecins du Québec et l’Ordre des pharmaciens du Québec ont rendu public un énoncé de position conjoint sur la collaboration interprofessionnelle. Le point central de cet énoncé : dans tous les milieux de soins, la collaboration interprofessionnelle et la prise en charge partagée dans un contexte de pratique collaborative doivent être intensifiées, car ces pratiques contribuent à assurer la qualité et la sécurité des soins, à améliorer l’accès aux soins et aux services de santé et à favoriser la coordination et la continuité des soins offerts aux patients.
 

La collaboration interprofessionnelle : l’exemple de Québec

En conférence de presse, de même que lors de l’annonce faite devant plus de 400 congressistes de la francophonie, j’ai indiqué que la collaboration interprofessionnelle – à tous les niveaux – permettait d’améliorer l’accès à des soins et à des services de qualité au bénéfice des patients et que les pratiques collaboratives avaient fait leurs preuves, particulièrement pour les personnes qui requièrent l’intervention coordonnée de plusieurs professionnels.

Certains programmes comme le programme Alliance dans la région de Québec ont notamment permis une réduction des consultations à l’urgence de 50 % à 60 % par les usagers pris en charge grâce à des pratiques interprofessionnelles.

Avec le programme Alliance, nos collègues de Québec nous fournissent un exemple probant de développement de collaborations qui mettent à contribution les expertises des infirmières et des infirmiers. Je vous invite à visionner la vidéo de ce programme, dans laquelle quatre professionnels font le point sur leur collaboration et les résultats obtenus. Je veux d’ailleurs profiter de l’occasion pour féliciter les équipes du programme Alliance au nom des 73 600 infirmières et infirmiers du Québec. Leur travail montre clairement ce que nous savons tous : il faut faire évoluer le système de santé vers la communauté.
 

Jouer ensemble

À cet égard, il nous appartient, dans nos milieux de pratique respectifs, de développer nos modes collaboratifs. Le gouvernement n'aura pas nécessairement besoin de changer une loi ou un règlement, car il suffit que chaque professionnel utilise pleinement l'espace qui est le sien dans son propre champ d’exercice.

« Notre volonté est d'aller plus loin », a résumé le président-directeur général du Collège des médecins, le Dr Charles Bernard, en conférence de presse, ajoutant que l’énoncé de position conjoint sur la collaboration interprofessionnelle n’était « pas une finalité, mais le début d'un engagement ».

Le président de l’Ordre des pharmaciens, M. Bertrand Bolduc, a pour sa part fait une analogie remarquée avec une équipe de hockey. « C'est comme si vous aviez l'équipe du Canadien de Montréal avec trois coachs : le coach du "power play", le coach des défenseurs et le coach des gardiens. Il faut que l'équipe gagne (pour le patient), mais on s’entraîne chacun de notre côté. Quand bien même je m’exercerais tout seul devant mon but, et les défenseurs feraient juste patiner à reculons, et le "power play" pratiquerait de son côté... si la rondelle ne circule pas, s'il n'y a pas un plan de match d'équipe et s'il n'y a pas une bonne compréhension entre la défensive et l’offensive, on ne gagnera jamais. Maintenant nous, les coachs, on dit aux joueurs, jouons ensemble! »
 

L’appui et une conviction commune des ordres du secteur de la santé

La collaboration interprofessionnelle, qui peut prendre différentes formes, fait non seulement appel aux infirmières, aux médecins et aux pharmaciens, mais aussi aux expertises de tous les professionnels de la santé, comme les nutritionnistes, les inhalothérapeutes, les travailleurs sociaux, etc. Cette collaboration prend tout son sens lorsque des soins doivent être donnés à des personnes ayant des problèmes de santé complexes.

L’énoncé sur la collaboration interprofessionnelle fait déjà l’objet d’un soutien marqué de la part de vingt et un autres ordres professionnels du secteur de la santé du Québec, reflétant ainsi une conviction commune en faveur de la qualité des soins au Québec.
 

Vos cris du cœur

Dès la semaine prochaine, je poursuivrai ma tournée régionale jusqu’à la mi-juin, ce qui m’offrira l’occasion de rencontrer des infirmières et des infirmiers et de discuter de divers sujets, dont la collaboration interprofessionnelle. Il ne faut pas seulement en parler. Nous devons faire vivre ce mode collaboratif. Je vous invite donc à mettre en valeur vos expertises infirmières en matière de collaboration interprofessionnelle et à informer vos présidents et présidentes des ordres régionaux de vos projets collaboratifs dans les milieux de pratique. Je m’engage d’ailleurs à inscrire ce point de suivi à l’ordre du jour du Conseil d’administration de l’OIIQ, afin de prendre les moyens de faire rayonner notre profession et vos innovations et de pouvoir donner des exemples percutants de collaboration interprofessionnelle. Au grand plaisir de vous rencontrer, de vous écouter et de découvrir vos initiatives.

 

Mots-clés