Portrait de Lucie Tremblay
Éditorial de la présidente
Lucie Tremblay
Suivez la présidente sur les réseaux sociaux
     

Budget 2017-2018 : bonne nouvelle pour les infirmières et infirmiers et la population du Québec

Publié le 7 Avril 2017

Chers collègues,

Les derniers jours se sont montrés riches en annonces et en nouvelles concernant notre profession. J’aimerais donc prendre le temps d’y revenir.

Objectif 2 000 IPS

Je ne vous cacherai pas que nous avions de grandes attentes envers le budget provincial, Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux, ayant clamé haut et fort, lors de notre dernier congrès, que « l’année 2017 [serait] l’année des infirmières et des infirmiers ». Nous avions hâte de voir si les promesses allaient se traduire en investissements.

Nous avons été satisfaits d’apprendre, au cours de la conférence de presse du dimanche 26 mars 2017, que le gouvernement s’engageait à financer la formation de 2 000 infirmières praticiennes spécialisées (IPS) d’ici à 2024 et à tout mettre en œuvre pour que cet objectif se réalise.

Il suffit de jeter un œil à la très longue liste, non exhaustive, des interventions médiatiques sur le sujet pour comprendre l'importance que les IPS revêtent pour ce qui est d’améliorer la qualité des soins et services offerts à la population québécoise, notamment en première ligne, et d’abaisser l’intense pression qui pèse sur vos épaules au quotidien.

Cette annonce me laisse à penser que les décideurs du réseau sont désormais convaincus de l'impact positif que peuvent avoir les infirmières praticiennes spécialisées dans le réseau. Encore faut-il, bien sûr, recruter des candidats, s’assurer de places suffisantes dans les universités pour les former et d’un nombre adéquat de milieux de stage. Croyez bien que l'OIIQ sera extrêmement vigilant dans ce dossier, comme dans tous les autres. Nous restons cependant préoccupés, et nous l’avons rappelé au ministre Barrette, par l’adoption rapide de la réglementation reconnaissant les nouvelles spécialités.

Dévoilement du budget : hausse du budget de la santé

L’annonce des 2 000 IPS a précédé de quelques jours le dévoilement du budget du gouvernement du Québec, un budget qu'il qualifie lui-même de budget de l'espoir.

J’ai eu la chance d’assister à sa lecture et d’échanger avec différentes personnalités politiques influentes. Auprès du premier ministre, du ministre de la Santé et des Services sociaux et de nombreux autres membres du gouvernement, j’ai donc eu l’occasion de réitérer les attentes de l’Ordre sur plusieurs dossiers stratégiques, tels l’intégration des diplômés hors Québec (DHQ), la nouvelle gouvernance des ordres professionnels, le respect du secret professionnel en CHSLD et la dénonciation obligatoire des actes de maltraitance, l'importance du rôle des infirmières en pratique avancée pour soutenir les transformations de pratique dans le réseau de la santé et l’évolution de la pratique infirmière en général. Autant de rencontres, ô combien constructives et utiles pour présenter nos arguments et faire avancer notre profession.

Certes, avec l'éducation, le secteur de la santé est celui à qui profite la plus grande croissance (4,2 % contre 2,4 %) en ce qui a trait aux investissements. Nous savons tous qu’un réinvestissement en matière de santé et services sociaux était essentiel. Ici encore, nous devons rester extrêmement attentifs.

Intégration des diplômés hors Québec

L'intégration professionnelle des immigrants est, pour l’OIIQ, une question primordiale. Or, près de 50 % des candidats ne peuvent compléter le programme d’intégration nécessaire pour exercer au Québec afin de répondre aux standards de soins québécois, faute de places de stages. Ce blocage concerne aussi les membres de l’OIIQ titulaires de permis et les candidats québécois qui doivent suivre un stage pour actualiser leurs compétences. Cette situation est inacceptable; c’est pourquoi l’OIIQ a accueilli favorablement les 290 millions de dollars annoncés pour répondre aux besoins du marché du travail et soutenir, notamment, l’intégration professionnelle des immigrants. Nous surveillerons de près l’attribution des crédits afin de nous assurer que des investissements seront réalisés en ce sens.

Il est intéressant de constater que la détermination des infirmiers et des infirmières fait que les dossiers progressent.

Salutations cordiales,

Lucie Tremblay,

Présidente de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec

Mots-clés