Innovation clinique Banque Nationale : LES lauréats sont…

Publié le 21 novembre 2017
  • Innovation clinique Banque Nationale : LES lauréats sont…
    1 de 2
    L'équipe de Montréal/Laval 
  • Innovation clinique Banque Nationale : LES lauréats sont…
    2 de 2
    L'équipe de l'Outaouais reçoit son prix. 

Les projets de l’Outaouais et de Montréal/Laval sont les lauréats ex aequo, une première, du Grand prix Innovation clinique Banque Nationale 2017 de l’OIIQ. Découvrez-les.

Deux projets, un objectif : répondre aux besoins des patients

Les deux projets vainqueurs se distinguent par leur contribution à l’avancement de la pratique infirmière et à l’amélioration de la qualité des soins et des services offerts à des clientèles vulnérables :

  • Les femmes vivant une fausse couche et leur partenaire (projet de l’Outaouais)
  • Les personnes vivant avec un problème de santé mentale (projet de Montréal/Laval)

Ces projets, facilement transférables dans d’autres régions du Québec, ou à d’autres types de patients, mettent de l’avant l’expertise infirmière, mais surtout répondent à un besoin des patients.

Outaouais

Des retombées majeures pour les femmes vivant une fausse couche et leur partenaire

Le projet de l’Outaouais « Transformation des pratiques pour une prise en charge optimale de la femme qui vit une fausse couche à l’urgence et de son partenaire », initié par Francine de Montigny, Chantal Verdon et Serge Gauvreau, propose un programme unique en son genre au Québec.

Fruit d’une alliance entre chercheurs et cliniciens, une formation de quatre heures a été donnée aux 99 infirmières et infirmiers du triage de l’urgence de huit installations du CISSS de l’Outaouais. Son objectif? Permettre aux équipes de soins de réfléchir ensemble aux croyances et aux pratiques à l’égard des femmes vivant une fausse couche pour améliorer la qualité des soins et des services de soutien physique et psychologique offerts à ces patientes.

Au Québec, on estime que 80 % des femmes vivant une fausse couche se présenteront à l’urgence, soit environ 16 000 femmes par an. Des études révèlent que la majorité de ces femmes consulteront l’urgence à trois reprises pour la même fausse couche. L’année suivante, 55 % des parents rapportent vivre de la dépression et de l’anxiété, et 27 %, des sentiments de deuil, alors que 17 % des femmes ont pensé au suicide.

Avec ce projet, les professionnels disposent d’outils d’interventions complémentaires adaptés à leurs besoins.

Montréal/Laval

Gestion du stress et de l’anxiété en psychiatrie

Le projet « Atelier de réduction et de gestion du stress par la méditation pleine conscience », initié par Étienne Paradis-Gagné, infirmier et conseiller-cadre en soins infirmiers, Samsith So, infirmier clinicien et Paul Pelletier, éducateur spécialisé, dote les infirmières et infirmiers d’outils d’intervention grâce à des techniques de méditation et de yoga. L’équipe a mis sur pied des ateliers basés sur l’approche de la méditation pleine conscience et formé leurs collègues.

Depuis 2014, des séances de 90 minutes de pleine conscience ont été offertes à 120 patients de l’institut Philippe-Pinel. Aussi appelée Mindfulness Based Stress Reduction (MBSR), cette approche est peu utilisée par les infirmières et infirmiers au Québec, contrairement aux États-Unis et dans les autres provinces canadiennes. Elle permet au patient de devenir autonome en étant un acteur de la gestion de sa santé.

Des résultats remarqués

Grâce aux ateliers, l’équipe traitante a observé une amélioration de la condition de santé physique et mentale des participants (diminution du stress et de l’agitation, amélioration du sommeil, meilleure image de soi), mais aussi une réduction de la prise de médicaments.

Légendes des photos

Pour Montréal/Laval, de gauche à droite :

De gauche à droite : Carole Mercier, secrétaire générale de l’OIIQ, Sylvie Dubois, Direction nationale des soins infirmiers et autres professionnels au ministère de la Santé et des Services sociaux, et professeure associée à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal, Étienne Paradis-Gagné, conseiller clinique en soins infirmiers, Samsith So, infirmier, Paul Pelletier, éducateur spécialisé, Louise Villeneuve, vice-présidente de l'ORIIM/L, Lucie Tremblay, présidente de l'OIIQ, et Sylvie Coulombe, Directrice, Développement des affaires, Programmes financiers et groupes d'affinités de la Banque Nationale 

Pour l’Outaouais : 

De gauche à droite : Carole Mercier, secrétaire générale de l’OIIQ, Sylvie Dubois, Direction nationale des soins infirmiers et autres professionnels au ministère de la Santé et des Services sociaux, et professeure associée à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal, François-Régis Fréchette, président de l'ORIIO, Chantale Verdon, professeure agrégée à l’Université du Québec en Outaouais, Francine de Montigny, professeure titulaire, Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles, Serge Gauvreau, coordonnateur clinico-administratif des salles d'urgence​, Lucie Tremblay, présidente de l'OIIQ, et Sylvie Coulombe, Directrice, Développement des affaires, Programmes financiers et groupes d'affinités de la Banque Nationale

Découvrez tous les lauréats régionaux 2017

Mots-clés