Portrait de Charlène Joyal
Chronique Jeunesse
Charlène Joyal

La fin d’un mandat bien rempli

Publié le 30 octobre 2014

C’est au terme du Congrès annuel 2014 de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec que prend fin mon mandat à titre de présidente du Comité jeunesse provincial. Les deux dernières années ont été plutôt mouvementées tant au sein du comité lui-même que sur le plan des différents dossiers que nous avons menés de front. Dans cette dernière chronique jeunesse, permettez-moi de vous dresser un court bilan de mon mandat. Puis je terminerai en vous présentant ma collègue, qui prend la relève à la présidence du Comité jeunesse.

En début de mandat, j’ai pris les rênes d’un comité dont plus de la moitié de l’effectif était constitué de nouveaux membres. Bien que peu expérimentés, ceux-ci m’ont grandement étonnée par leur vivacité d’esprit et leur motivation à défendre les intérêts de la jeunesse infirmière. En tant que leader de cette jeune équipe, j’étais très lucide du fait que mon mandat ne durerait que deux ans, j’ai donc choisi de mener à terme deux objectifs principaux, le développement des Comités de la relève infirmière (CRI) dans toute la province ainsi que la promotion de la formation initiale de la relève infirmière au niveau du baccalauréat auprès de différentes instances.

Des CRI plus présents que jamais

Au cours de ces deux années, nous avons fait plusieurs représentations dans des établissements de santé pour la mise sur pied des CRI et nous avons aidé les Comités exécutifs du conseil des infirmières et infirmiers (CECII) à assurer leur pérennité. Nous avons aussi réalisé une présentation dans le cadre du Colloque des CII-CIR 2013, qui avait pour titre Les Comités de la relève (CRI) : un tremplin pour le leadership. L’atelier visait à expliquer les astuces de démarrage d’un CRI et à faire la promotion de ces comités. À ce jour, nous estimons à 31 le nombre de CRI actifs dans la province, ce qui pour nous est une grande réussite.
 

La défense de la formation initiale de la relève infirmière au baccalauréat

Outre les CRI, nous avons été très actifs dans le dossier de la formation initiale en rédigeant un avis pour appuyer le mémoire de l’OIIQ. Nous avons présenté à M. Léo Bureau-Blouin, adjoint parlementaire à la première ministre (Jeunesse), les grandes lignes du dossier et lui avons fait faire part de notre position. Nous avons aussi participé à l’événement l’École d’hiver Spécial Sommet organisé par l’Institut du Nouveau Monde, qui avait pour thème L’avenir de l’enseignement supérieur au Québec. D’autres représentations ont aussi été réalisées, notamment des entrevues pour la revue L’actualité et le journal Quartier Libre, et nous avons eu un entretien avec un membre du Secrétariat à la jeunesse dans le cadre de la consultation pour le renouvellement de la politique jeunesse du Québec. Enfin, nous avons envoyé des lettres officielles à la première ministre Pauline Marois, au ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, au ministre de la Santé et des Services sociaux, ainsi qu’aux chefs de l’opposition pour défendre notre position quant à la formation de la relève infirmière.
 

Une relève de région à la présidence provinciale

Lors de la rencontre du Comité jeunesse en septembre dernier, nous avons procédé aux élections pour la présidence. Une personne s’est distinguée et a su faire l’unanimité au sein du groupe : il s’agit de Mme Marie Heppel-Cayouette, une infirmière détenant un poste de gestionnaire dans la région de la Côte-Nord. Nous sommes tous très fiers d’avoir élu quelqu’un qui saura bien représenter les régions plus éloignées car, ces dernières années, les présidentes provenaient des grands centres urbains. Les membres ont démontré une grande confiance en Marie. En mon nom personnel et au nom des membres du Comité, je lui souhaite la meilleure des chances. Un mot pour toi, Marie : « Tu es bonne, tu es capable : il s’agit de croire en tes capacités et en tes compétences! »

En somme, je peux affirmer que bien que le dossier de la formation initiale de la relève soit toujours à défendre, mes deux objectifs principaux ont bel et bien été atteints. Je laisse un comité en « bonne santé » constitué de membres engagés, autonomes et plus déterminés que jamais à bien représenter la jeunesse infirmière.

Pour terminer, j’espère avoir su transmettre aux membres le goût de l’implication, de la rigueur, du respect, mais aussi l’idée qu’il est possible de mener à terme des dossiers d’importance dans un climat détendu et agréable. Je suis extrêmement fière de ce que chacun des membres a su apporter à l’équipe. Car un leader a beau avoir les meilleures idées et une vision, il ne vaut rien sans son équipe.

Merci à vous tous et bonne continuité. Je vous aime!

 

Mots-clés