Directives infirmières : pour en finir avec les maux de tête

Publié le 5 septembre 2017
  • Directives infirmières : pour en finir avec les maux de tête
    1 de 1
    PTI : testez vos connaissances 

Connaissez-vous votre plan thérapeutique infirmier sur le bout des doigts? Testez vos connaissances.

Mme Delanault-Bobois est hospitalisée depuis trois jours dans l'unité de médecine-chirurgie. Le PTI suivant est disponible au dossier. Saurez-vous déceler le vrai du faux parmi les énoncés suivants?

PTI de Mme Delanault-Bobois

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir.

Constats de l'évaluation
Date Heure No Problème ou besoin prioritaire initiales Résolu/satisfait Professionnels/services concernés
Date Heure Initiales
    1 Risque syndrome immobilisation AF        
    2 Douleur a/n plaie coccyx AF        
Suivi clinique
Date Heure No Directives initiales CESSÉE/RÉALISÉE
Date Heure Initiales
    1 Accompagner à la toilette q2h x72h. Respecter sommeil.-dir.plan.travail.PAB AF      
    2 Empracet 1 co 30 mg 30 min avant Δ pansement AF      
Signature de l'infirmière Initiales Programme/service
Arianne François AF Med/Chir 1er Ouest 
Question 1 - La directive 1 est plus précise que la directive 2 parce qu'elle contient une cible (le PAB). On doit toujours indiquer la cible de la directive.

Faux - Une directive est composée d'un objet (ce sur quoi elle porte) et, au besoin :

  • d'une cible (à qui elle s'adresse);
  • d'une durée/fréquence (pour clarifier les limites temporelles).

Il n'est pas toujours nécessaire de préciser la cible. L'infirmière doit l'indiquer lorsqu'elle souhaite réserver une activité à un membre de l'équipe (y compris une infirmière) ou lorsqu'il est cliniquement pertinent de le faire.

Dans le cas de Mme Delanault-Bobois, Arianne a souhaité préciser qu'elle avait transmis cette information au PAB par l'intermédiaire du plan de travail puisque le PAB n'a pas accès au PTI. On comprend ainsi que le PAB ainsi que tous les professionnels peuvent contribuer à la réalisation de cette directive.

En somme, la formulation des directives doit être aussi précise que nécessaire pour en assurer la compréhension et l'application par tous les membres de l'équipe.

 

Q. 2 - La directive 2 devrait débuter par un verbe d'action, tel que « administrer », pour être conforme à la norme.

Faux - Il n'existe aucune obligation quant à l'utilisation de verbes dans la rédaction d'une directive. Les deux formulations sont correctes puisqu'elles permettent de comprendre facilement la directive et de l'appliquer correctement.

  • « Empracet 1 co 30 mg 30 min avant Δ pansement »
  • « Administrer Empracet 1 co 30 mg 30 min avant Δ pansement 
Q. 3 - La directive 2 pourrait aussi être formulée ainsi : « Empracet PRN pour douleur tel que prescrit ».

Faux - L'énoncé « Empracet PRN pour douleur » n'est pas assez précis.

Il faut se rappeler que les directives peuvent avoir trois objectifs :

  1. établir une nouvelle stratégie d'intervention;
  2. préciser une intervention déterminée par un autre professionnel;
  3. déterminer une condition pour la réalisation d'une intervention déjà déterminée

Dans le cas de Mme Delanault-Bobois, l'Empracet fait déjà l'objet d'une prescription par le médecin. Arianne a donc souhaité en préciser les termes afin d'arriver à soulager plus efficacement la douleur de l'usagère. Elle n'a pas modifié la prescription; elle a seulement précisé une fréquence et un contexte d'administration, en lien avec son constat de douleur.

Il est impératif que les directives soient aussi précises que nécessaire pour en assurer la compréhension et l'application.

Q. 4 - S'il existe un protocole de prévention du syndrome d'immobilisation dans le milieu, il pourrait être ajouté au PTI de Mme Delanault-Bobois.

Vrai - La directive peut indiquer l'application d'un suivi standard 

  1. si le suivi standard est documenté, mis à jour et accessible;
  2. s'il peut être appliqué à Mme Delanault-Bobois sans restriction.

La directive doit toujours être pensée pour répondre à la situation de santé unique (particulière) de la personne. Bien que d'autres personnes puissent bénéficier du même protocole, Arianne, en précisant ce protocole dans ses directives, laisse une trace de sa décision d'appliquer ce protocole spécifiquement pour Mme Delanault-Bobois

Q. 5 - Pour faire état de son constat quant au stade de la plaie, Arianne peut modifier le constat numéro 2 ainsi : « Douleur plaie stade 3 a/n coccyx ».  

Faux - Il n'est pas suggéré de « faire d'une pierre deux coups » en jumelant deux constats.

Dans ce cas, il existe un premier problème qui est la plaie de stade 3 et un deuxième qui est la douleur ressentie par Mme Delanault-Bobois au niveau de sa plaie. Bien qu'ils soient intimement liés, les deux constats requièrent des moyens ou des interventions particuliers pour atteindre des objectifs différents (traitement d'une plaie et gestion de la douleur). Aussi, comme il est possible que l'un ou l'autre des problèmes se résolve avant l'autre, il est conseillé de bien distinguer les deux problèmes pour éviter toute forme de confusion. 

Sur le même sujet, lisez aussi 

» PTI simple et pratique en 5 questions (2e partie)

» PTI simple et pratique en 5 questions (1re partie)

Tout savoir du PTI

» Tout savoir sur le PTI

Mots-clés